Mariage de Marc et Laure

Vendredi 13 août 2021
Mariage de Marc et Laure La Beauce étant une des régions les plus fécondes de France, le choix de cet évangile du grain de blé pour votre mariage, chère Laure et cher Marc, rend votre engagement LaudatoSi compatible ! Par ailleurs, puisque vous allez vous installer à Rouen pour pouvoir rejoindre en 42 minutes Pourville et Varengeville chaque soir ensoleillé de Normandie du 1er janvier au 30 décembre, vous traverserez le Pays de Caux admirant la croissance des grains de blé et le soin des agriculteurs à ce qu’ils meurent bien pour permettre une belle moisson et donner le pain de la vie des hommes, aussi bien celui du quotidien que celui de l’eucharistie.
Au milieu des expressions de reconnaissance, des vœux et des prières qui vous souhaitent de vivre longtemps heureux, vous vous exposez l’un à l’autre et à nous dans une perspective chrétienne, christique même. J’imagine que cet axe vous a été soufflé par l’excellente et intense préparation au mariage que vous avez vécue depuis quelques mois. S’il y avait eu une catégorie olympique, vous auriez eu la médaille d’or ! Vous avez tout fait : la préparation en paroisse, les retraites de fiancés, les récollections de ceux qui s’aiment, les tuto sur YouTube, les bibliothèques spécialisées et les rencontres de couples, tout est bon. Du coup, grâce au Christ de l’Evangile, tout cela va mourir et demain matin, vous découvrirez une autre vie, une nouvelle croissance, une nouvelle purification. Ne vous dites pas que cela n’aura servi à rien. Cela a accompagné votre impatience, vos désirs intenses et votre joie à vous découvrir. Cela vous a aussi sûrement permis de vivre les premiers accrochages en intégrant avec sagesse et discernement que décidément rien ne se réalise facilement sur cette terre.
Et pourtant, comme si c’était hier, voici Laure à l’ombre de la Place des Carmes qui me parle d’un jeune homme probablement confiné une deuxième fois – le drame – à Paris. Non vraiment il faut faire quelque chose. Alors ce que femme veut, Dieu veut : voici Marc s’installant dans un modeste appartement disponible au presbytère, devenant mon coloc, habitant désormais à moins de 42 secondes de chez Laure. En nous croisant dans les escaliers à des heures indues, je découvre un jeune homme passionnément amoureux. Mais comment passer du sentiment à l’engagement ? En mourant ! C’est-à-dire en livrant tout son être au risque que la parole ne soit pas entendue. C’est dans ce risque que se lève le courage, et surtout que les sentiments deviennent l’amour. Tandis que Rouen bruissait du murmure heureux de cette nouvelle idylle, il vous fallait chasser les idoles. Car après avoir vécu des jours douloureux, comment être sûr que la période nouvelle allait s’ouvrir sur la promesse qui nous rassemble aujourd’hui ? Par les fiançailles, vous avez choisi la vérité de la parole qui prend le risque de l’engagement.
Après avoir entendu « l’amour ne passera jamais » dans la crypte de Saint-Léon, vous décidez de disparaître : au moment où tout le monde vous regarde, vous nous donnez un autre axe, celui des Grecs qui viennent à Philippe : « nous voudrions voir Jésus ». Alors que naturellement nous venons voir Marc et Laure, vous nous déplacez pour que chacun passe de la nature à la surnature : oui il est naturel de se marier.
Oui il est bon et naturel que vous vous mariiez. Oui nous vous remercions de nous inviter à votre mariage.
Et oui nous avons compris que le cœur de votre vie c’est de voir Jésus l’un dans l’autre, l’un avec l’autre, l’un pour l’autre, l’un et l’autre ensemble pour changer le monde.
Oui vous nous permettez aujourd’hui de chercher à reconnaitre sans cesse en l’autre le visage du Christ, le visage de celui qui cherche du sens à sa vie, de celui qui nous motive, nous engage et nous fait prendre des risques.
Oui merci Laure et Marc de décider de faire de votre vie une vie d’effacement pour révéler le Christ.
Oui merci de mourir à vos idoles, vos peurs et vos angoisses, pour laisser le grain de blé mûrir en vous pour devenir l’un dans l’autre, l’un avec l’autre, l’un pour l’autre, l’un et l’autre ensemble, le pain qui donnera la vie au monde.
Grâce à votre engagement aujourd’hui, il y a des personnes qui vont oser s’engager, qui vont reprendre confiance en elles, qui vont laisser tomber leurs milliards de questions ankylosantes pour se laisser façonner par l’amour.
Grâce à votre mariage, par votre oui, certains de ceux qui un jour ont dit oui puis ont dit non, vont comprendre que vous les aimez sans les juger.
Grâce à ce sacrement qui vous dépasse comme Philippe qui est allé voir André pour arriver à Jésus, vous permettez que certains de nous se positionnent à nouveau dans l’ordre humble de la recherche spirituelle au cœur du monde.
Grâce à votre joie, vous consolez aujourd’hui des cœurs attristés et vous les assurez de votre réelle proximité.
Grâce à votre foi, vous faites grandir le Royaume de Dieu qui continuera jusqu’à la consommation des siècles à n’être qu’un petit grain tombé dans l’aridité de nos cœurs.
Nous venions voir Marc et Laure et nous découvrons des serviteurs de l’Amour. Nous venions vous entourer de notre affection et de nos prières et c’est vous quiQuand ton coloc se marie - Mariage de Marc et Laure dirigez le sacrement de l’amour en vous disant « Oui » l’un à l’autre, l’un avec l’autre, l’un dans l’autre, l’un pour l’autre, l’un et l’autre ensemble. Nous venions vous accompagner dans votre promesse et c’est vous qui nous rappelez les nôtres en décidant de vous inscrire dans le pari fou de la fidélité.
Voici pourquoi c’est aujourd’hui la fête de la Pâque : oui c’est un passage ! Passage de la mort à la vie ; passage de la tristesse à la joie ; passage de la servitude à la liberté ; passage du questionnement à la réponse. C’est vous qui emmenez ce peuple rassemblé derrière vous : il veut vous suivre comme un troupeau suit son pasteur. C’est tout le sens de votre entrée dans l’église : nous étions déjà installés, et voici Marc-Moïse ouvrant la mer au milieu de la nef. Le voici qui prépare le chemin. La foule comme les vagues s’agite, s’écarte et laisse apparaître au milieu des grandes tenues, des chapeaux et des uniformes, l’épouse ! Chacun murmure, les cœurs chavirent, les larmes coulent, les sentiments sont immenses et en une fraction de seconde, vous prenez le commandement de l’amour. Vous nous guidez par ce sacrement de la réciprocité bénie par Dieu et nous vous disons : merci, car nous avons besoin de serviteurs de l’amour au cœur de notre monde. Merci car nous vous attendions pour barrer le monde vers un cap renouvelé. Merci de nous guider dans cette aventure nouvelle que nous acceptons de vivre avec vous non pas en vous regardant mais en regardant avec vous le Christ.
Car le Christ a déjà traversé l’humanité entière pour parvenir au Royaume de son Père. C’est la puissance de l’Esprit qui l’a fait devenir serviteur. Vous aussi, vous allez découvrir ce que veut dire être un couple-serviteur. Vous serez façonnés par les rencontres et les événements. D’ailleurs vous n’arrivez pas de nulle part et permettez-moi de remercier vos parents : grâce à vous, chers parents, chers amis, nous sommes habités par une très grande joie. C’est votre vocation d’hommes et de femmes s’étant un jour engagés, devenant parents, éducateurs, transmetteurs de la foi au Christ, qui permet à Laure et Marc de nous rassembler aujourd’hui. Vous voici à l’orée d’une nouvelle étape : celle d’accueillir un nouveau ménage non pour des scènes mais pour des merveilles. Voici l’apprentissage toujours à reprendre de l’acceptation de sa fille devenant épouse puis nous l’espérons mère ; du fils devenant époux puis nous l’espérons père. Les générations se rassemblent sans se ressembler. L’amour seul compte et nous savons que vous êtes les acteurs et spectateurs heureux et comblés de l’amour de Marc et Laure. Merci.
Et puis il y a vous, les amis rassemblés derrière vos deux amis qui s’aiment pour la vie. Votre place dans le cœur de Marc et Laure est immense. Vous avez des influences très grandes dans leurs vies. C’est beau de les entendre parler de vous. Aujourd’hui aussi s’ouvre une relation nouvelle pour vous avec eux. Si cela prend du temps de s’apprivoiser à deux, laissez agir votre amitié dans votre cœur pour passer du « allons voir Laure » à « allons voir Laure et Marc » ou du « allons voir Marc » à « allons voir Marc et Laure ». C’est toujours très beau, et très juste et bon, de découvrir que l’amitié avec l’un peut devenir une amitié conjuguée. C’est forcément un peu purifiant, un peu décapant, mais c’est aussi une manière de mourir avec son grain de blé. Même ceux qui sont étrangers à la foi chrétienne saisissent cette réalité. Merci chers amis de participer à cette messe qui pour bien des raisons peut vous paraître étrange. Vos cœurs sont plus larges que les rites qui nous rassemblent et c’est cela qui rend Marc et Laure heureux de votre présence.
Laure et Marc, votre engagement dans le monde est une réalité puissante. Vous savez que vous appartenez au monde des sphères décisionnelles. Même dans ce monde, vous allez devenir le grain de blé donnant sa vie pour que le monde ait la vie. Notre monde attend toujours des décideurs-serviteurs. Ils sont nombreux d’ailleurs ceux qui se lèvent ainsi dans les entreprises et les administrations. Qu’ils soient ici remerciés. Cela veut dire que chacun s’engage à servir l’homme plutôt qu’à l’asservir. Cela veut dire qu’il vous arrivera encore de souffrir pour que l’homme soit honoré. Appuyez-vous alors non seulement sur vos compétences professionnelles et humaines mais n’oubliez pas d’invoquer le Christ serviteur qui a donné sa vie pour que vous puissiez donner la vôtre. Là aussi notre monde aime les couples qui s’engagent ensemble dans le monde et dans l’Eglise. Votre « oui » dans quelques secondes est un « oui » pour chaque seconde de votre vie. Croyez bien Marc et Laure à notre joie toute désireuse d’entendre ce « oui » l’un dans l’autre, l’un avec l’autre, l’un pour l’autre, l’un et l’autre ensemble, pour la gloire de Dieu et le salut du monde.
Père Geoffroy de la Tousche
Curé à Rouen